Historique

Naissance du football à St Lumine de Coutais
Il était une fois un petit pays où les jeunes s’ennuyaient beaucoup le dimanche. Puis un beau jour, ils trouvent un ballon, quelques amis, et découvrent le football. C’était en 1940 à St LUMINE DE COUTAIS : André Serenne, Raymond Bonnet, Paul Brosseau, Pierre Blondeau, Jules Douaud, etc, (tous âgés de 15 à 20 ans), se retrouvaient route de Malsaine, près du terrain d’ordures, pour pratiquer ce nouveau loisir. Mais déjà, les difficultés commencent, car trop de réclamations sont faites sur le jeu, faute de règles bien définies. Paul Brosseau écrit à la Tour d’Auvergne, à Rennes, pour obtenir les véritables règles du jeu. Une fois celles-ci entre leurs mains, cela va déjà mieux ! Puis soudain, c’est la guerre ! Les réfugiés arrivent de part et d’autre. Tout ce monde inoccupé, c’est le renfort pour l’équipe ! Elle joue sans maillots, ni chaussures spéciales, avec huit branches et deux ficelles pour édifier les buts et les points de corner. On pense alors aux prisonniers : il faudrait de l’argent pour leur envoyer des colis ! Aussi, en août 1944 , sur le terrain de “la Mare” (entre le Pas Clavier et Malsaine), les jeunes organisent un match avec Maurice Gattepaille, Anthony Rodilla, Marcel Auger, Joseph Jouanneau, René Lambert, le goal Hébert, Pageot, Christian Patron, Paul Brosseau, B. Gaziau et son frère, contre St Mars de Coutais avec Emile et Claude Guitteny, Fernand Gouy, Raingeard, Pierre Delaunay, Pierre Renaudineau, Rémi Beillevaire, et d’autres. Le match est arbitré par le regretté Gustave Dupé, réfugié à la maison Vinet, à la Favrie, et qui reviendra par la suite arbitrer de nombreux tournois. C’est à la fin du match, perdu 2 buts à 0 par St Lumine, que les “Mosquitos” (bombardiers Anglais), bombardent le village du Breil (à St Philbert).
Construction du premier terrain
Par la suite, d’autres matchs sont organisés et dirigés par M. l’abbé Ricordel. Il faut dire que l’équipe, constamment en progrès, avait demandé un terrain au maire de l’époque, monsieur Gabriel Bonnet. Ce terrain devait se situer à la place du terrain stabilisé actuel. Mais que de grogne : il fallait exproprier Constant Beillevaire et François Billot pour obtenir le terrain. Paul Brosseau étant à travailler au Bas-Fief, le père Léobin Monnier lui dit : “Vous cherchez un terrain pour jouer au ballon ? Moi j’en connais un beau et qui ne dérangera personne ! ”  ; Et de son mur de clôture, il lui dit de regarder en face : “Là-bas, tu coupes les ajoncs, tu bouches les trous et tu auras un joli terrain ! “. Aussitôt, ils sont au travail. A coups de pioche, de pelle et de serpe, ils créent ainsi leur terrain de football, à la place de l’actuel terrain en herbe.
Naissance de l' E.S.L.
En 1948, le groupe de jeunes qui joue alors au football constitue une association  dénommée : Étoile Sportive du Lac. Les précurseurs ont pour nom : Marcel Bonneau, Jean Géry,Marcel Auger, l’abbé Michel Foucher, l’abbé Ricordel… Cette année là, ils confient leur destiné au président J. Géry, épaulé par le secrétaire M. Bonneau. Les années suivantes, la section s’étoffe en nombre et en qualité. La petite commune de St Lumine constitue une pépinière idéale pour le recrutement des joueurs. On voit apparaître les premières licences.
Naissance de la COUPE DU LAC
C’est en 1949 que l’ E.S.L. organise son premier grand tournoi baptisé COUPE DU LAC. C’est une grande fête : toutes les équipes se mettent en tenue sur la place de l’église et descendent route du canal derrière la fanfare de St Lumine. A l’arrivée au terrain, le drapeau tricolore est hissé en haut d’un mât, pendant que les musiciens entonnent la Marseillaise. Le dimanche suivant, un autre match est organisé au profit de la fanfare : belle solidarité!
Les débuts de l’E.S.L.
Depuis la naissance de l’ E.S.L., les années passent et le petit club s’organise. Les déplacements se font avec le fourgon Citroën de Jean Géry, puis plus tard avec le  “car Mouchet”. A domicile, c’est l’arrière du fourgon Citroën qui fait office de bar. L’hiver, un petit réchaud à gaz permet de faire du vin chaud. Un wagon de tramway récupéré à Nantes est aménagé en guise de vestiaire. Pour se laver, les joueurs n’ont que l’eau du lac, souvent glacée l’hiver! Malgré l’envie de jouer au foot et la volonté de faire quelque chose, les résultats sont souvent des « piquettes ». Mais l’ambiance est toujours là et les retours de déplacement se font en chantant.
Les premières victoires
Vers les années 54/55, le club commence a connaître les victoires et une équipe réserve est constituée. La récompense se dessine alors par une montée en Troisième division. La première coupe gagnée par le club est celle de Machecoul. La même année, l’équipe Luminoise remporte le tournoi de St Philbert, et M. Pennetier, maire de St Philbert, remet la coupe au capitaine de l’équipe, Joseph Grasset.
Le premier entraineur
La première équipe de jeunes est constituée au début des années 60. C’est une équipe Minimes, dirigée par Joseph Grasset, et qui sera plus tard une équipe Senior redoutable. Le premier entraîneur “officiel” du club arrive pour la saison 63/64. Il s’appelle Lionel Douillard et reste au club jusqu’en 66/67. Il ne sera pas remplacé.
La première Coupe du Lac
La fin de saison 69/70 est marquée par un fait important : En mai 1970, les footballeurs de St Lumine remportent leur première Coupe du Lac. C’est un véritable exploit ponctué d’une finale spectaculaire, remportée 2 buts à 1 contre La Chevrolière. (buts de Claude et Etienne Delécrin). Le goal Luminois Vincent Delécrin, cousin des deux buteurs, arrête un penalty face au talentueux entraîneur de La Chevrolière !
Passation de pouvoir
En 1972, c’est le changement à la direction de l’E.S.L. . Messieurs Géry et Bonneau prennent, après 25 années au club, une « retraite » sportive amplement méritée. Ils sont remplacés par Joseph Grasset au poste de président, et Pierre Guillet au poste de secrétaire.
Les premières heures de gloire
Sous l’égide de leur nouvel entraîneur Claude Robinet, les hommes du président Grasset vont, au terme de la saison 73/74, accéder à la Deuxième division. Ils se permettent même d’être champions de l’Atlantique en remportant brillamment le championnat intergroupe. Claude Robinet mène à nouveau son équipe au succès en 74/75. Suite à la création de nouveaux groupes Seniors, l’équipe A de l’E.S.L. accède à la division supérieure appelée « Promotion de première division »,  en remportant les matchs de barrages. La saison suivante, Claude Robinet est muté aux herbiers et doit quitter ses camarades. Il est remplacé par l’animateur cantonal Hervé Brin.
Un entraîneur de renommée
Un nouvel entraîneur arrive à l’ E.S.L. pour la saison 76/77 : Et quel entraîneur ! Il s’agit de Omar Sahnoun, joueur professionnel du Football Club de Nantes. La saison suivante (77/78), Hervé Brin fait son retour au poste d’entraîneur. Il restera jusqu’en 79/80. A cette époque, le club compte de plus en plus de footballeurs. On recense un habitant Luminois sur huit licencié à l’E.S.L. Football.
Une saison inoubliable
Les nombreux supporters de l’époque sont encore là pour le témoigner : la saison 79/80 est incontestablement celle qui restera dans les annales. Après un superbe championnat, quelle déception pour les joueurs et leurs entraîneurs Hervé Brin et Paul Gravouil : ils voient la porte de la Première division se fermer devant eux lors de la finale des barrages. Au terme des 90 minutes de match, l’équipe des frères (4 Huchet, 2 Delécrin, 2 Patron, 2 Gravouil), s’incline 1 but à 0 à St Cyr d’Herbignac. Pourtant, les supporters et l’ambiance sont là ! Deux cars ont été nécessaires pour déplacer joueurs et supporters de l’E.S.L.. Malgré la défaite, un spectateur du match apprécie tout de même les qualités de l’équipe Luminoise : il s’agit du futur entraîneur, rencontré à la Coupe du Lac en mai 1980, parmi l’effectif de l’équipe de Machecoul : Michel Préneau.
La première division
La saison suivante, ce n’est que partie remise. En effet, sous la « houlette » du nouvel entraîneur Michel Préneau, le club se voit enfin récompensé de ses efforts et accède à la Première division. Cette « montée » est obtenue au dernier match de championnat et l’équipe termine en tête du groupe devant l’équipe de St Philbert, qui accède elle aussi à la Première division après les barrages. Michel Préneau reste entraîneur pendant cinq années consécutives (80/81 à 84/85). Le « Machecoulais » marque aussi son passage au sein de l’E.S.L. par un quart de finale de Coupe de district, et des barrages pour l’accession en Promotion d’honneur ! Il sera remplacé par le jeune Pascal Gatine, qui restera seulement une année en raison d’une mutation professionnelle.
La commission des jeunes
Pendant ce temps, l’E.S.L. n’oublie pas les jeunes footballeurs. A la fin de la saison 83/84 et sur la proposition de entraîneur jeunes Hervé Brin, le bureau décide de créer « La commission des jeunes ». Cette équipe regroupe tous les dirigeants et entraîneurs de jeunes afin de dynamiser le club à sa base. Depuis ce temps-là, cette commission des jeunes n’a cessé de démontrer la vitalité de l’E.S.L..
Un nouveau stade
Les années 86/87 et 87/88 sont dirigées par le nouvel entraîneur Daniel Florent, qui parvient en 87 à mener l’équipe Senior A à une troisième place en Première division. C’est à la fin de cette même saison que le stade de l’Étoile Sportive du Lac est baptisé: «Stade Marcel Bonneau», afin de rendre hommage au fondateur du club. Après avoir consacré 25 années de sa vie au club, M. Bonneau, amoureux du sport, dévoué et compétent, donne son nom au stade, alors agrandi, après la construction d’un terrain stabilisé.
Une nouvelle période
La saison 88/89 est dirigée par l’entraîneur René Colin. Malheureusement, cette saison se termine par une descente en Promotion de première. R.Colin est remplacé la saison suivante par un « quartet » d’entraîneurs avec  Hervé Brin, Paul Gravouil, Jacques Huchet et Franck Michaud. Après le passage en  90/91 de  Emmanuel Mendy, la formule du quartet d’entraîneurs est renouvelée, et les  4 « mousquetaires » du football reviennent diriger avec succès l’E.S.L. en  91/92. Et c’est le Luminais (St Lumine de Clisson)  Christian Hervouët qui dirige les deux dernières saisons. Il est aidé par  Paul Gravouil, qui dirige une équipe senior B alternant depuis plusieurs saisons le bon et le moins bon. L’équipe senior A termine toutes ces années de Promotion première (5) sur le podium (troisième), mais toujours à une place de la montée en Première division! La saison 94/95 débutera en août avec  un terrain en herbe refait à neuf et un nouvel entraîneur:  Stéphane Jan.

A suivre ...